=>   Plan du site
olivier le pape Notre foyer
La Terre vue par la sonde Voyager 1 en février 1990, à une distance de 6,4 millards de kilomètres

«Regardez ce petit point. C'est nous...»

  « Regardez ce petit point. C'est ici. C'est notre foyer. C'est nous. Sur lui se trouvent tous ceux que vous aimez, tous ceux que vous connaissez, tous ceux dont vous avez entendu parler, tous les êtres humains qui aient jamais vécu. Toute la somme de nos joies et de nos souffrances, des milliers de religions aux convictions assurées, d'idéologies et de doctrines économiques, tous les chasseurs et cueilleurs, tous les héros et tous les lâches, tous les créateurs et destructeurs de civilisations, tous les rois et tous les paysans, tous les jeunes couples d'amoureux, tous les pères et mères, tous les enfants plein d'espoir, les inventeurs et les explorateurs, tous les professeurs de morale, tous les politiciens corrompus, toutes les “superstars”, tous les “guides suprêmes”, tous les saints et pécheurs de l'histoire de notre espèce ont vécu ici, sur ce grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil.
    La Terre est une toute petite scène dans une vaste arène cosmique. Songez aux fleuves de sang déversés par tous ces généraux et ces empereurs afin que nimbés de triomphe et de gloire, ils puissent devenir les maîtres temporaires d'une fraction d'un point. Songez aux cruautés sans fin imposées par les habitants d'un recoin de ce pixel sur d'indistincts habitants d'un autre recoin. Comme ils peinent à s'entendre, comme ils sont prompts à s'entretuer, comme leurs haines sont ferventes. Nos postures, notre propre importance imaginée, l'illusion que nous avons quelque position privilégiée dans l'univers, sont mis en question par ce point de lumière pâle. Notre planète est une infime tache solitaire enveloppée par la grande nuit cosmique. Dans notre obscurité - dans toute cette immensité - il n'y a aucun signe qu'une aide viendra d'ailleurs nous sauver de nous-mêmes. La Terre est jusqu'à présent le seul monde connu à abriter la vie. Il n'y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer. Visiter, oui. S'installer, pas encore. Que vous le vouliez ou non, pour le moment c'est sur Terre que nous prenons position.
    On a dit que l'astronomie incite à l'humilité et fortifie le caractère. Il n'y a peut-être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule. Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir le point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue. »
Carl Sagan, Pale Blue Dot (1994)
Carl Sagan (1934-1996) était un astrophysicien pédagogue qui a joué un rôle crucial dans la conquête spatiale
J'ai découvert Carl Sagan jeune au travers d'un reportage extraordinaire dans une époque où en France, l'Astronomie était une science trop confidentielle...

Crédit image : NASA /JPL

S o y o n s     h u m b l e s     e t     p a s s o n s     d e     l a     D i v i s i o n     à     l a     M u l t i p l i c a t i o n     !


Artevisium

Projets internationaux

Sculptures

Inventions

Livres

Questionnements

Bio et motivations


=>       Plan du site
Soleil au rayons X
Soleil aux Rayons X par la sonde SOHO (satellite de l'ESA lancé par la NASA)


S'unir n'est pas une ineptie...

   Dans un coin du "pixel", il y a un minuscule territoire, un havre de paix, où chacun pouvait vivre dignement par son travail, où la liberté d'expression existait, où la culture permettait aussi de s'épanouir, où la recherche offrait de nouveaux espoirs, mais des "empereurs", "maîtres temporaires d'une fraction d'un point", sont venus d'un autre coin du pixel imposer leur vision des choses, au travers de la séduction, substituer l'intelligence et la culture par la bêtise, valoriser la vulgarité, pour finalement dire que nous n'étions "plus rentables". Total, notre peuple y a cru et s'est résolu à accepter de perdre petit à petit d'une façon très progressive ses acquis, sa culture, son industrie mais aussi ses valeurs d'humanité, de déontologie, et la quête du bénéfice immédiat a écrasé celle de la pensée à long terme. Dans ce coin du pixel, le gris a remplacé le bleu, le vert s'est souillé, l'héritier et l'actionnaire étant plus valorisés que celles et ceux qui produisent la richesse par leur travail, leur énergie, leur intelligence...

   Ne soyons pas fatalistes, nous ne sommes pas moins efficaces qu'hier, bien au contraire, nos machines produisent bien plus à notre place, mais savez-vous que le coût de la main d'œuvre sur un objet de luxe à 1000 euros* n'est que de 30 euros? Des financiers sans vergogne n'ont pas hésité à diviser par deux ce coût, mettant à mal des milliers de familles de notre peuple pour ne finalement faire gagner que 1,5 centièmes de plus aux actionnaires... Cet exemple n'est pas unique malheureusement, il représente la majorité de notre paysage hexagonal, nous sommes matraqués par la doxa comme quoi "nous sommes trop chers". Il faudrait près d'un million d'années à ces "coûteux" salariés français pour obtenir grâce à leur travail, la fortune que leur employeur s'est faite en quelques années grâce à ce mécanisme... Nous ne sommes plus très loin de l'affirmation d'un autre "empereur" sanguinaire, Hitler qui affirmait: "Un mensonge répété dix fois reste un mensonge; répété dix mille fois il devient une vérité."

Un oxymore redoutable : "Coupable d'être Victime"

   Le cynisme a remplacé progressivement la déontologie, engendrant une autre forme de génocide où des milliers de familles productives d'hier sont aujourd'hui condamnées à la rue, car le bénéfice immédiat est devenu "plus important" que l'Humain. Ce mécanisme a mis en place une absurdité hallucinante, les victimes à qui tout a été pris, sont "coupables" d'être devenues paupérisées! En y réfléchissant, c'est impensable. Cessons de désigner des coupables, plus pauvres que soi, cessons de nous diviser, unissons-nous, chassons la Division pour remonter la Multiplication.

   Nous, Français, étions jadis la quatrième puissance du monde, nos machines à laver de chez nous duraient trente ans, pourquoi acheter plus onéreux dans des pays à bas coût de main d'œuvre des modèles dont l'obsolescence est programmée à un ou deux ans? Pour toujours nourrir ces mêmes actionnaires? Cessons de consommer des produits fabriqués par des multinationales qui exploitent leurs salariés, orientons-nous plus vers une consommation "responsable" où règne davantage de déontologie aussi bien sociale qu'écologique, remontons l'industrie dans notre pays. Ce n'est pas si inaccessible que cela, nous avons toutes les forces et énergies pour cela. Premièrement dans les 5,5 millions de personnes privées d'emplois déclarées (officieusement plus de 10 millions), soit la moitié des actifs. Et secundo créons des richesses en rapprochant des entités qui souvent ne se connaissent pas en produisant innovations et inventions, et échangeons tous ensemble pour retrouver notre identité.


Rapprocher la Culture, la Recherche et l'Industrie

   Ma petite pierre à moi, mon apport personnel consiste à rapprocher trois mondes qui se connaissent très mal, la Culture, la Recherche, l'Industrie. Le premier paraît superflu, mais "l'Humain ne se nourrit pas que de pain", le second est souvent relégué aux calendes grecques écrasé par le bénéfice immédiat imposé au troisième. Or ces trois mondes ne sont pas opposés, bien au contraire, mais ne font qu'un.

   Mon cursus d'ingénieur, inventeur, didacticien et sculpteur me permet de proposer des supports pédagogiques et ludiques afin de mettre en valeur les créations industrielles, voire de toute entreprise, l'idée étant d'offrir plus de visibilité à des entrepreneurs qui n'ont plus de temps ni d'énergie à se faire mieux connaître, car trop souvent écrasés par ce bénéfice immédiat imposé par leurs commanditaires... Cette initiative ne peut être solitaire, c'est un travail collectif : Artevisium.